La prévention des risques psychosociaux au travail

Burn out, Troubles musculosquelettiques, dépression, maladies cardiovasculaires, voire suicide,… Voici quelques-unes des conséquences des risques psychosociaux au travail. L’entreprise a pour obligation de prévenir ces risques et de veiller à la bonne santé des employés. Quels sont les outils à sa disposition ? Comment lutter efficacement contre les RPS ? Comment protéger les travailleurs ? On fait le point.

Les risques psychosociaux : définition

Les risques psychosociaux, le plus souvent identifiés par les initiales RPS, se définissent ainsi : « les éléments qui portent atteinte à l’intégrité physique et à la santé mentale des salariés au sein de leur environnement professionnel ». Ils sont généralement regroupés en trois grandes catégories, interagissant fréquemment ensemble.

  • Le stress au travail : qui n’a pas connu une situation de stress au travail ? Attention, on parle ici d’un stress chronique. Celui qui dure, qui s’installe, qui pèse sur la santé du travailleur. Il est lié à des contraintes de travail, à une organisation bancale du travail, à une surcharge permanente de travail, à un management déficient, …
  • Les violences internes : sont les violences qui ont lieu entre salariés au sein de l’entreprise. Violence verbale ou physique, harcèlement moral ou sexuel, rivalités entre collègues, opposition entre deux services,… Aujourd’hui, le harcèlement moral au travail est l’une des violences les plus répandues dans l’univers professionnel.
  • Les violences externes : elles concernent les travailleurs sur leur lieu de travail, mais elles sont le fait de personnes « extérieures » à l’entreprise. Insultes de clients, menaces, voire agressions sont le quotidien des employés des activités de service. Sans oublier les professions « à risque » comme les bijoutiers et autres transporteurs de fonds qui sont régulièrement confrontés à de véritables attaques !

Les principaux facteurs des risques psychosociaux au travail

Il n’y a pas un facteur mais de multiples facteurs de risques psychosociaux. Ils sont habituellement reliés entre eux et ont des répercussions différentes selon les individus. Suite à une étude de novembre 2016 coordonnée par la DARES (Direction de l’animation de la recherche des études et des statistiques) pour le Ministère du travail sur la santé au travail, 6 axes ont été identifiés comme source potentielle de risques psychosociaux au travail.

    1. Les exigences au travail : pas toujours facile de sortir la tête de l’eau quand la cadence s’intensifie, quand le rythme n’est pas pérenne, quand les ordres ne sont pas clairs,…
    2. Les exigences émotionnelles : s’il y a bien un lieu où les émotions ont peu de place c’est l’univers professionnel. Quand on est obligé de prendre sur soi, de ne rien laisser paraître, de ne pas réagir face à un client mécontent,… à terme cela fragilise notre état émotionnel.
    3. Le manque d’autonomie et de marges de manœuvre : c’est un facteur déterminant dans le développement des risques psychosociaux. Cela ne veut pas dire que l’entreprise ne doit plus fixer aucun cadre, bien au contraire ! L’autonomie se construit avec des ordres clairs et des objectifs précis à atteindre, mais il est important que le salarié puisse laisser libre cours à ses compétences et choisir son propre chemin pour arriver au but.
    4. Les mauvais rapports sociaux et relations de travail : une ambiance délétère entre collègues ou avec la direction, des directives incomprises, des ordres et des contre ordres, une absence de reconnaissance du travail fourni, une absence de dialogue ou aucune communication,… La liste est sans fin ! Ces mauvais rapports sociaux au travail sont souvent le point de départ d’une situation qui dégénère et apporte beaucoup de souffrance au travail.
    5. Les
    6. conflits de valeur et la qualité empêchée
    7. : savoir quels sont les objectifs à atteindre et avec quelle méthode y arriver, ne sont pas des détails dans le quotidien professionnel. Ne jamais en parler, ne pas l’évoquer, entraîne une perte de sens du travail pour le salarié, voire le sentiment de réaliser un travail inutile. Une porte grande ouverte vers le mal-être au travail.
    8. L’insécurité de la situation de travail : aujourd’hui le travailleur est adaptable, flexible, multiposte,… sans même savoir si son emploi sera pérenne ! Et bien faire face à des changements permanents, c’est épuisant.

Les risques psychosociaux au travail : tous concernés ?

Absolument tout le monde est concerné par les risques psychosociaux au travail : homme ou femme, manager ou employé, vieux ou jeune, expert ou débutant, ouvrier ou cadre. Il en va de même côté structure : ni la taille de la société, ni le secteur d’activité ne protègent des RPS. Les risques psychosociaux sont « induits par l’activité elle-même ou générés par l’organisation et les relations de travail ». Donc a priori… personne n’y échappe !

Les conséquences des risques psychosociaux sur la santé des travailleurs

Les conséquences sont nombreuses et elles font froid dans le dos ainsi regroupées. Car les RPS peuvent entraîner : dépression, burn out ou épuisement professionnel, maladie psychosomatique, problèmes de sommeil, troubles musculosquelettiques importants et handicapants au quotidien, accidents du travail ainsi que des maladies cardio-vasculaires… Des pathologies qui peuvent se révéler très lourdes pour le salarié. Sans oublier que ces RPS sont parfois la cause de suicide.

Les RPS un sacré coût pour les entreprises

Des risques qui pèsent sur la santé des salariés mais aussi sur celle de l’entreprise. Absences, arrêts de travail, mauvaise ambiance, désorganisation,… à terme cela nuit au bon fonctionnement de la société et lui coûte cher. Si peu de chiffres récents existent, selon les professionnels du domaine des RPS, le stress coûterait chaque année à la France entre 2 et 3 milliards d’euros (données INRS et Arts et Métiers Paris Tech – 2007). Et le stress n’est qu’une petite partie de l’iceberg !

RPS : quelles sont les obligations de l’entreprise ?

Elles tiennent en 2 mots : identification et prévention des risques psychosociaux. C’est une obligation légale qui figure dans l’article L4121-1 du Code du travail : « l’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels, des actions d’information et de formation, la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés ».

L’entreprise n’a donc pas le choix, elle est obligée d’agir pour lutter contre les RPS. Elle doit remplir un DUERP (document unique d’évaluation des risques professionnels). Une sorte d’état des lieux des risques pour la santé et la sécurité du personnel dans l’entreprise. Ce document est obligatoire dans toutes les sociétés d’un ou plusieurs salariés, il est à actualiser chaque année. Ce document liste également les actions de prévention mises en place pour répondre aux risques rencontrés. L’absence de DUERP est punie par la loi.

L’employeur et les salariés ne sont pas seuls et peuvent se faire aider par de nombreuses instances : les différents sites du Ministère du travail, de l’ANACT, de l’INRS, du CNAM, ou encore de l’Assurance Maladie.

Comment lutter contre les risques psychosociaux ?

On a vu, l’entreprise a une obligation légale de prévention des RPS, cela n’empêche pas d’autres pratiques de voir le jour. On parle de plus en plus de bien-être et de qualité de vie au travail, on voit apparaître de nouvelles formes de management, mais aussi des « chefs du bonheur » ou CHO (Chief Happiness Officer) au travail. Des nouveautés qui sont loin d’être anecdotiques. Cette quête du « bonheur » au travail est une vraie tendance dans l’univers professionnel. Redonner du sens, mettre plus de liant, réinjecter de l’humain dans l’entreprise,… permet d’agir sur les RPS.

Les fauteuils de relaxation pour lutter contre les risques psychosociaux ?

À eux seuls, les fauteuils massants ne changeront pas totalement la donne ! Cependant, l’installation de fauteuils de relaxation au cœur de l’entreprise, est un réel bénéfice pour la santé des salariés. Ils contribuent à la prévention des risques psychosociaux. Aménager un espace de détente et de relaxation où les salariés peuvent venir se détendre, prendre du recul, voire faire une petite sieste, c’est leur offrir une parenthèse de bien-être dans un monde professionnel pas toujours très doux !

« Au Japon, plus vous siestez au travail, plus vous êtes considéré comme un collaborateur modèle. En effet, la pratique de l’inemuri (« la sieste-minute »), est un marqueur de l’investissement professionnel. Plus vous travaillez, plus vous êtes fatigué, donc plus vous siestez ! On en est encore loin en France ! »

Jonathan Cohen, Fondateur de Détentation.

Le petit + de Détentation :

Le harcèlement moral au travail existe depuis que l’homme travaille… mais ce n’est que dans les années 1980 qu’on commence à le nommer. C’est Heinz Leymann, psychosociologue suédois, qui introduit le premier la notion de harcèlement moral. Dans les années 90, le harcèlement moral au travail explose. Aujourd’hui, il a sa place dans le Code du travail et dans le Code pénal. Considéré comme un délit, il est puni par la loi.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Besoin d’une information concernant votre futur fauteuil de relaxation ?
Un devis ? Une question ? Un essai ?

fauteuil-massant-jonathan-cohen-detentation

Par Jonathan COHEN
jcohen@detentation.fr

Article rédigé par Jonathan COHEN Fondateur du site Detentation.com il y a maintenant plus de 12 ans. Je suis passionné par mon métier, incollable sur les fauteuils massant et toujours un coup d’avance sur les solutions bien être… (en entreprise ou chez vous). N'hésitez pas à me contacter sur Linkedin. « Chez Detentation, on ne vend pas un prix ou une remise, mais plutôt un conseil et un suivi »

Pour partager c'est par ici !

© Detentation. 2007-2020 - Expert en fauteuil massant et fauteuil de massage - Reproduction interdite - Plan du site

 
Sélectionner les champs à afficher. Les autres seront cachés. Utiliser le drag and drop pour réarranger les champs.
  • Image
  • Notation
  • Prix
  • Disponibilité
  • Ajouter au panier
  • Attributes
  • Description
  • Weight
  • Dimensions
  • Color
Comparer