QVT et productivité, quel lien ?

Le lien entre qualité de vie au travail (QVT) et productivité n’est désormais plus à prouver. Les entreprises ont désormais l’obligation (ce n’est plus un “luxe”) d’analyser les besoins individuels de leurs collaborateurs / salariés afin d’activer les bons leviers.
Aussi, d’après l’étude Steelcase et Ipsos datant de 2016 intitulée “L’engagement et l’espace de travail dans le monde”, seuls 5% des salariés français se disent très satisfaits de leur environnement de travail et directement investis. À l’inverse, ils sont 18% à se déclarer insatisfaits et nettement désengagés.

En effet donc, degré de bien-être au travail des collaborateurs et engagement au sein de sa société et de son travail sont intimement liés.

De plus, selon l’étude CBRE “Millennials: myths and realities”de 2016, les jeunes générations tiennent largement compte des conditions de travail pour choisir leur emploi. 72% des sondés sont ainsi prêts à envisager des concessions pour bénéficier d’un meilleur environnement de travail et de plus de bien-être.

LA QVT, facteur de choix

La qualité de vie au travail (QVT), devient donc en plus un moyen de recruter des jeunes talent mais aussi de les fidéliser afin qu’ils ne partent à la concurrence ou au sein d’entreprise plus “à l’écoute” des besoins de leurs collaborateurs.

Sans atteindre pour autant le niveau de Google, pionnier dans le concept de bien-être au travail et toujours dans le top des entreprises où il fait le plus bon travailler, plusieurs grandes entreprises ont pris des décisions concrètes pour se démarquer. Une salle de relaxation et un service de conciergerie ont été mis en place chez PricewaterhouseCoopers, un laboratoire photo et une bibliothèque ont été installés pour les salariés de Total, le siège d’AccorHotels Monde abrite une “playroom”… Autant d’avantages qui visent à améliorer le quotidien des collaborateurs.

La qualité de vie au travail (QVT) est donc passé du statut de “nice to have” à celui de réel centre de réflexion stratégique pour les pôles direction générale, les ressources humaines, les services généraux, les achats etc .. des grandes et moins grandes entreprises.

Et vous, y avez-vous réfléchi ?

Pour finir, un bref historique de la QVT en France

Les années 2000-2009

Dans les années 2000, on a commencé à parler plus souvent en France du stress au travail. Le stress ne datant pas d’hier, en effet Charlie Chaplin l’avait déjà évoqué dans son film « les temps modernes » et on peut imaginer, en remontant plus loin, que celles et ceux qui ont construit ces fameuses pyramides ou subit l’esclavage devaient avoir aussi stresser.

Au tout début, on parlait du stress des salariés dans le secteur privé plutôt du bas de la pyramide.

Il a fallu batailler pour s’entendre au niveau des partenaires sociaux sur le fait que le stress pouvait être causé ou amplifié par la vie au travail.

En 2004 un accord européen est signé sur le stress au travail, les pays étant invités, chacun, à décliner cet accord.

En France fin 2008, un accord national interprofessionnel est signé sur le sujet. Accord qui a produit peu d’effets malgré l’injonction et les menaces de Xavier Darcos, ministre du travail de l’époque. C’est à cette époque qu’on a commencé à dire que le stress n’était pas que pour les salariés du bas de la pyramide, mais que les managers pouvaient eux aussi être soumis à des facteurs de stress.

En 2010, une enquête laissait à penser que les managers de plus haut niveau étaient eux-aussi très touchés par le stress.

Les années 2010-2015

En 2010, un autre concept suscite l’attention : les RPS, risques psychosociaux, avec d’autres accords signés par les partenaires sociaux, par exemple sur la violence et le harcèlement sur le lieu de travil

2010 toujours,  un concept plus positif est évoqué: le bien-être au travail, grâce au rapport dit Lachmann-Larose-Pénicaud.

Puis en 2012,  les partenaires sociaux décident de négocier avec une vision plus positive en reliant le bien-être des individus et la performance / productivité. La terminologie « Qualité de Vie au Travail » est retenue, un travail de conceptualisation est réalisé avec l’Anact, l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (dont ils sont partie prenantes). Ils négocient et produisent en 2013 un accord sur la QVT et l’égalité professionnelle, le 19 juin 2013.

En 2014, un autre concept fait parler de lui : le burnout.  On en vient à reconnaître tout simplement qu’il s’agit d’un problème qui n’épargne aucune fonction, aucun statut, aucun étage de la pyramide.

Pour finir en 2014 est créé l’observatoire Amarok sur les risques à la santé psychologique des dirigeants. Selon cet observatoire, chaque jour en France, 2 dirigeants de PME se suicident.

De 2015 à nos jours

La tendance depuis 2015, est une montée en puissance de la QVT, amenée à se substituer à l’approche RPS.

Le burnout est un sujet en pleine actualité puisqu’un mouvement appelle à la reconnaissance du burnout en maladie professionnelle.

En 2015, un documentaire sur Arte propulse le concept de bonheur au travail , avec une fonction qui émerge en 2016 dans la nouvelle économie : le Chief Happiness Officer.

Source: laqvt.fr

Vous souhaitez améliorer la QVT dans votre entreprise ?

Vous souhaitez travailler sur la QVT au sein de votre entreprise ?

Vous aimeriez bénéficier de notre expérience dans la création d’espace de détente professionnels ?

Contactez-nous au 01 45 08 80 80 pour prendre RDV à notre showroom, l’essai est gratuit

QVT et productivité, quel lien ? Le lien entre qualité de vie au travail (QVT) et productivité n'est désormais plus à prouver. Les entreprises ont désormais l'obligation (ce n'est plus un "luxe") d'analyser les besoins individuels de leurs collaborateurs / salariés afin d'activer les bons leviers. Aussi, d'après…
0%
Avis clients: 5 ( 1 votes)
Tags:

© Detentation. 2007-2018 - Expert en fauteuil massant et fauteuil de massage - Reproduction interdite